Les deux entreprises ont entamé un processus juridique vers un arrêt de travail. Une grève ou un lock-out peut donc légalement survenir dès le mois de mai.

Montréal, le 19 février 2024 – Le Canadien National (CN) et le Canadien Pacifique Kansas City (CPKC) ne prennent pas au sérieux les négociations visant à éviter un arrêt de travail, affirme la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada (CFTC), le syndicat qui représente les travailleurs des deux entreprises.

Les Teamsters tentent actuellement de négocier avec le CN et le CPKC le renouvellement de trois conventions collectives touchant quelque 9 300 travailleurs de ces deux entreprises.

« Le CN et le CPKC cherchent à éliminer de nos conventions collectives toutes les dispositions relatives au repos. Ces articles essentiels à la sécurité ferroviaire puisqu’ils permettent aux travailleurs de mieux gérer leur niveau fatigue. Nous souhaitons éviter un conflit de travail, mais la sécurité de nos membres et du public est non-négociable, » a affirmé le président national de Teamsters Canada, François Laporte.

« Les chemins de fer canadiens ne se soucient pas des chaînes d’approvisionnement, des agriculteurs ou des petites entreprises. Ils se soucient de leurs résultats financiers et de presser tout ce qu’ils peuvent de leurs employés. S’ils doivent provoquer un arrêt de travail pour atteindre leurs objectifs, ils n’hésiteront pas, » a ajouté le président de la CFTC, Paul Boucher. 

Les cheminots sont des travailleurs sur appel avec des horaires particulièrement irréguliers. Bien se reposer entre les quarts de travail s’avère parfois compliqué. Les conventions collectives actuelles prévoient des dispositions en matière de repos qui vont de pair avec le cadre réglementaire actuel, ce qui permet aux travailleurs de mieux gérer leur fatigue.

Négociations en pause alors qu’un arrêt de travail se profile

Vendredi, le CN et le CPKC ont tous deux déposé un avis de différend auprès du gouvernement du Canada, mettant effectivement les négociations en pause jusqu’à ce que des conciliateurs fédéraux puissent être nommés.

L’avis de différend lance également le processus légal vers une éventuelle grève ou lock-out. Selon le Code canadien du travail, un arrêt de travail peut survenir dès 81 jours après la nomination des conciliateurs fédéraux, ce qui pourrait mener à un conflit dès le mois de mai.

Au CN, les Teamsters représentent près de 6000 chefs de trains, ingénieurs de locomotive et agents de triage sous un seul contrat. Une grève a déjà eu lieu en 2019 sur la question de la fatigue et de la sécurité ferroviaire.

Au CPKC, les Teamsters représentent près de 3200 chefs de trains, ingénieurs de locomotive et agents de triage sous un seul contrat. Le syndicat représente également environ 90 contrôleurs de la circulation ferroviaire, dans le cadre d’un contrat distinct également en cours de renouvellement. Un arrêt de travail en 2022 a déclenché des problèmes de chaîne d’approvisionnement étendus et graves. En 2023, CPKC a été reconnu coupable d’outrage au tribunal après avoir violé à plusieurs reprises les dispositions de repos de la convention collective.

Avec plus de 125 000 membres, Teamsters Canada est le plus important syndicat du secteur des transports et de la chaine d’approvisionnement au pays. C’est également le plus important syndicat du secteur privé fédéral. L’organisation représente les travailleurs du CP, du CN, d’UPS, de Purolator et d’innombrables entreprises de camionnage, entre autres. Elle est affiliée à la Fraternité internationale des Teamsters, qui représente plus de 1,2 million de travailleurs en Amérique du Nord.

-30-

Renseignements :


Christopher Monette
Directeur des affaires publiques
Teamsters Canada
Cell : 514-226-6002
[email protected]