Laval, 28 avril 2022 — La colère gronde chez les travailleurs et les travailleuses de la compagnie Pharmaceutique Delpharm à Boucherville. L’usine produit des injectables essentielles aux patients et patients dans les hôpitaux du Québec et du restant du pays.

Les négociations sont dans un cul-de-sac et la Section locale 1999 du syndicat des Teamsters qui représente les quelque 227 salarié·es du fabricant de médicaments a déposé une demande en conciliation auprès du ministère du Travail.

Les salaires, le régime de retraite et l’horaire de travail sont au cœur du litige entre les parties.

« Nos membres chez Delpharm ont été considérés comme des travailleuses et des travailleurs essentiels durant les premières vagues de la pandémie, mais lorsqu’ils veulent améliorer leurs conditions de travail, ils sont soudainement moins importants, fulmine Jean-François Pelletier, secrétaire-archiviste de la Section locale 1999 et permanent syndical responsable du dossier. Leur dévouement et leurs sacrifices doivent être récompensés dans un contexte d’explosion de l’inflation. »

Rappelons que les travailleurs et travailleuses de Delpharm se sont dotés d’un mandat de grève à 97 % après avoir refusé les dernières offres patronales à 99,4 % lors d’une assemblée syndicale tenue le 19 mars dernier.

« Bien que nos membres soient conscients de l’importance de leur travail, un éventuel débrayage pourrait avoir des répercussions sur de très nombreux patients et patientes partout au Canada, fait remarquer le président de la Section locale 1999 des Teamsters, Michel Héroux. L’employeur aurait intérêt à entreprendre le processus de conciliation avec ouverture d’esprit, autrement il portera seul la responsabilité d’un conflit de travail. »

L’indice des prix à la consommation (IPC) a continué d’augmenter au Canada en mars 2022, où l’inflation a atteint 6,7 %. Il s’agit de la hausse la plus marquée depuis janvier 1991, selon les dernières données de Statistique Canada.

« De nos jours, les travailleurs et les travailleuses qui ne se sentent pas respectés quittent leur emploi, conclut le président de Teamsters Canada, François Laporte. Les employeurs doivent comprendre qu’ils ne sont plus en position de force dans le contexte actuel. »

Le syndicat des Teamsters représente les intéts de 125 000 membres au Canada. Ils et elles sont affiliés-ées à la Fraternité internationale des Teamsters, dont leffectif syndical est de 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

-30-

Renseignements :
Stéphane Lacroix, directeur des Communications et des Affaires publiques
Portable : 514 609-5101
slacroix@teamsters.ca