Laval, 1er avril 2021 — Les travailleurs et travailleuses d’une usine de Québec de la compagnie Lambert Somec sont en grève dès ce matin pour 24 heures. Cette « journée d’étude » a pour objectif d’exprimer leur mécontentement pour des négociations qui avancent à pas de tortue depuis mai 2020.

Ces salariés-ées sont affiliés à la Section locale 1791 du syndicat des Teamsters.

« La pandémie ne doit pas servir d’excuses aux employeurs pour ne pas négocier avec assiduité, a mis en garde le président des Teamsters canadiens, François Laporte. Nos membres contribuent au succès de Lambert Somec; ils devraient pouvoir obtenir rapidement un nouveau contrat de travail qui reflète la qualité de leur travail. »

Des clauses normatives et salariales sont au centre du litige entre les parties, tout comme des enjeux de relations de travail.

« Le respect est un élément fondamental dans les relations entre les salariés-ées et les dirigeants d’une entreprise, fait remarquer le secrétaire-trésorier de la Section locale 1791, Michel Richard. Les membres nous ont fait savoir qu’ils ne sentent pas estimés à leur juste valeur; la situation doit changer dans les plus brefs délais. »

Lambert Somec est une entreprise en construction électromécanique qui a développé une expertise dans des mandats de construction spécifiques. Les travailleurs-euses qui feront un débrayage aujourd’hui oeuvrent à leur usine spécialisée dans la fabrication d’équipements industriels localisée sur l’avenue Dalton à Québec.

DERNIÈRE HEURE – Des offres patronales ont été proposées au comité de négociation hier soir. Elles seront soumises ce matin lors d’une assemblée syndicale. Plus de détails à venir.

Le syndicat des Teamsters représente les intérêts de 125 000 membres au Canada. Ils et elles sont affiliés-ées à la Fraternité internationale des Teamsters, dont l’effectif syndical est de 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

-30-