notre histoire

Genèse -  Une période de transition - Naissance de la Conférence canadienne - Teamsters Canada : une organisation autonomeFusions - Actions du syndicat - Implications socialesLe syndicalisme à la croisée des chemins ?

Genèse

La Fraternité internationale des Teamsters (FIT) est officiellement née en 1903, alors que deux organisations rivales, l'Union internationale des conducteurs de chevaux en équipes formée en 1899 et l'Union nationale des Teamsters d'Amérique formée en 1902, se sont unies pour améliorer le sort des chauffeurs et des manutentionnaires.

En 1912, la première livraison transcontinentale de marchandises par camion a marqué l'histoire du transport. La venue de ce nouveau mode de transport a amené de nouveaux problèmes et de nouveaux besoins. C'est durant ces années que Teamsters Canada a bâti sa réputation, c'est-à-dire un syndicat fort, dynamique et militant qui se bat pour ses droits.

Une période de transition

Les années 1920 et 1930 ont été une importante période de transition et de croissance. Dans l'élargissement et le renforcement incessants de sa base, la FIT s'est affiliée au Congrès des métiers et du travail du Canada. Ainsi, Teamsters Canada a développé sa structure interne en adoptant un concept de Conseils conjoints et de Conférences régionales.

Naissance de la Conférence canadienne

En 1976, la Conférence canadienne des Teamsters a été formée en reconnaissance des besoins, des intérêts et des aspirations de son effectif canadien qui comptait à ce moment-là  plus de 74 000 membres.

En 1992, une proposition a été déposée au comité exécutif général afin de changer le nom de "Conférence canadienne des Teamsters" pour celui de "Teamsters Canada", en reconnaissance des besoins particuliers de souveraineté des Canadiens.

En 1994, les délégués au Congrès extraordinaire de Teamsters Canada ont adopté des changements aux règlements, accordant ainsi un plus grand rôle à Teamsters Canada dans l'administration des affaires de ses membres et des syndicats canadiens affiliés au niveau international.

C’est également en 1994 que Teamsters Canada a créé son propre fonds de grève pour les membres canadiens.

Teamsters Canada : une organisation autonome

En 1995 ont été négociés les termes d'une proposition d'amendement à la Constitution internationale sur la souveraineté canadienne qui accordait plus d'autonomie et de contrôle à Teamsters Canada sur les questions affectant les membres canadiens. À cet effet, une modification a été adoptée lors du Congrès international de 1996 sur la création du poste de président de Teamsters Canada. Le candidat à ce poste devra désormais être élu par les membres canadiens. D’autres changements à la Constitution de la FIT ont également été pris en considération afin de reconnaître la souveraineté canadienne.

En juin 2001 une entente historique a été annoncée entre la Fraternité internationale des Teamsters et Teamsters Canada. Cela a eu pour résultat l'enchâssement de l'autonomie des membres, des sections locales, des conseils conjoints et de l'instance nationale du syndicat au Canada dans la constitution du syndicat. En bref, Teamsters Canada sera désormais une organisation autonome tout en demeurant affiliée à la Fraternité internationale des Teamsters.

Dans le contexte de la globalisation des marchés et compte tenu des secteurs industriels dans lesquels les membres canadiens des Teamsters œuvraient, le maintien d'un lien avec le syndicat international était essentiel. En même temps, l'autonomie canadienne (2001) a apporté les outils nécessaires au syndicat pour représenter et défendre les intérêts de ses membres tant sur la scène nationale que sur la scène internationale.

Fusions

Teamsters Canada a atteint 125 000 membres au milieu des années 2000 grâce à l’ajout des membres de la Fraternité des ingénieurs de locomotives, des préposés à l’entretien des voies du Canadien Pacifique ainsi que par l’arrivée des membres du Syndicat international des communications graphiques, pour ne nommer que ceux-là.

Désormais, non seulement les Teamsters canadiens seront présents sur les routes du pays, mais également sur les voies ferrées, dans les aéroports et dans les imprimeries. Ils manipulent des matières dangereuses, construisent des maisons, fabriquent et distribuent plusieurs biens et donnent le service à la clientèle dans des dizaines de supermarchés à travers le Canada. Plusieurs autres industries et corps de métiers sont représentés par le syndicat des Teamsters au Canada.

De fait, le syndicat des Teamsters est l’organisation syndicale ayant la plus forte croissance de son effectif au Canada.

Actions du syndicat

La capacité des Teamsters à influencer positivement l’évolution du marché du travail est illustrée de manière éloquente par la présence d’un lobbyiste à Ottawa, dont le rôle est de faire avancer les dossiers en rapport avec le bien-être des membres. L’apolitisme de Teamsters Canada fait en sorte qu’il devient un interlocuteur de choix pour les gouvernements. Les haut-fonctionnaires, les ministres et, même parfois, les premiers ministres consultent les officiers du syndicat des Teamsters pour les aider à prendre des décisions cruciales pour l’avenir du pays.

Toutefois, les actions de Teamsters Canada ne s’arrêtent pas là. En effet, le service de la formation donne des cours à des milliers de délégués et de permanents syndicaux, améliorant ainsi la rapidité et l’efficacité de la réponse des sections locales lors de situations conflictuelles avec les employeurs.

De plus, de nombreuses campagnes sont lancées dans le but de bien renseigner les citoyens canadiens et les membres du syndicat, sur les enjeux en ce début de siècle. De fait, le cheval de bataille de notre syndicat pour les prochaines années sera sans aucun doute le niveau de motivation des travailleurs canadiens dans un marché du travail sans âme et sans considération pour son capital humain.

Implications sociales

Le syndicat des Teamsters est non seulement actif en ce qui concerne la défense de ses membres mais également au niveau social.

Des dons de plusieurs centaines de milliers de dollars sont faits par les Teamsters chaque année à plusieurs œuvres de charité à travers le pays. Par exemple, le Caucus condition féminine de Teamsters Québec vient en aide aux femmes et enfants en difficulté. Autre exemple : Les sections locales de l’Ontario donnent un coup de main, pour leur part, aux enfants vivant en milieu défavorisé.

Le syndicalisme à la croisée des chemins ?

Le syndicalisme est, sans aucun doute, à la croisée des chemins. Les pressions effectuées par les entreprises et les gouvernements sur le marché du travail, la globalisation, la recherche de profits à très court terme, ainsi que le manque de travailleurs qualifiés dans certains domaines sont autant de facteurs qui confirment, une fois de plus, que la représentation des travailleurs doit être effectuée par des professionnels des relations de travail.

Le syndicat des Teamsters et son équipe multidisciplinaire d’avocats, de formateurs, d’économistes, de lobbyistes, de communicateurs et de spécialistes en relations de travail ont les outils pour faire face à toute éventualité.

Le slogan du congrès qui a eu lieu en 2005 « On travaille pour vous et votre famille » exprime de manière éloquente que notre syndicat s’engage non seulement à défendre ses membres mais également à veiller au bien-être de leurs familles et, par extension, de celui de tous les canadiens.

Le syndicat des Teamsters représente désormais près de 1 400 000 membres. Il s'agit du plus puissant syndicat en Amérique du Nord.