Les Teamsters et les familles des victimes en faveur d’une enquête sur le déraillement à Ponton

Laval, Québec, le 15 mars 2019 – La Conférence ferroviaire de Teamsters Canada (CFTC) et les familles des victimes du déraillement de Ponton, au Manitoba, appuient l’appel lancé par une députée du Manitoba, Niki Ashton, pour une enquête publique sur les causes de l’accident. Cette demande d’enquête fait suite à une directive de Transports Canada qui fait état de la mauvaise gestion de la situation par l’employeur. L’accident a causé la mort d’un chef de train et de très graves blessures à un ingénieur de locomotive.

« Nous avons été consternés d’apprendre qu’une situation problématique rencontrée par un train de passagers à l’endroit même du déraillement avait été signalée à l’employeur seulement cinq jours auparavant, a déclaré Roland Hackl, porte-parole de la CFTC. Ni le syndicat ni l’équipage du train n’avaient été informés de la situation. Même si l’employeur dispute certains détails, dont l’endroit du problème avec le train de passagers, le fait reste qu’il y avait un risque connu. »

D’autres préoccupations énumérées par Transports Canada, comme l’absence de soutien aux communications et de service de transport en ambulance, ont également été soulevées par le syndicat et les familles suite au déraillement.

Lisez la directive de Transports Canada en cliquant ici. (lien en anglais seulement)

« Nous sommes déçus que le Chemin de fer de la Baie d’Hudson ait choisi de faire appel de la directive. La CFTC participera à l’audience. Notre but ici n’est pas de blâmer : c’est de déterminer ce qui a mal tourné et comment le système a échoué, afin de s’assurer que cela ne se reproduise plus jamais, » a ajouté M. Hackl.

Les deux hommes ont d’abord survécu à l’accident, et les blessures subies par le chef de train ne semblaient pas mettre sa vie en danger. Toutefois, les ambulanciers n’ont pas été autorisés à se rendre sur les lieux. On ignore comment cette décision a été prise et par qui. Neuf heures et demie après le déraillement, le chef de train est mort d’une hémorragie. Il était toujours sur les lieux de l’accident.

Le chef de train qui a perdu la vie a été identifié comme étant Kevin Anderson, 38 ans. Le survivant de l’accident, un ingénieur de locomotive de 59 ans, a demandé à ne pas être nommé afin de protéger sa vie privée.

Le syndicat des Teamsters représente près de 125 000 membres au Canada dans tous les secteurs, dont plus de 16 000 dans l’industrie ferroviaire. La Fraternité internationale des Teamsters, à laquelle Teamsters Canada est affiliée, compte 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

-30-

Informations aux médias :

Christopher Monette,
Directeur des affaires publiques de Teamsters Canada
Cell: 514-226-6002
cmonette@teamsters.ca

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Mort d’un chef de train : les Teamsters réclament une enquête du coroner