Nouvelle usine Molson: la ministre Melançon devra faire preuve de leadership

Laval, le 14 mars 2018 — Dans la foulée du virage canettes qu’ont pris les brasseurs au cours des dernières années et de l’Entente Recyc-Québec qui prenait fin il y a deux ans, la Section lo-cale 1999 des Teamsters a fait des représentations auprès du précédent titulaire du ministère de l’Environnement, David Heurtel, mais depuis l’arrivée de la ministre Isabelle Melançon c’est le silence radio.

L’entente Recyc-Québec, qui est à la base du système de consignation de canettes en place au Québec depuis 1984, liait jusqu’à 2016 les brasseurs ainsi que les fabricants et détaillants. Cette entente découle de la Loi sur la vente et la distribution de bière et de boissons gazeuses dans des contenants à remplissage unique. Elle imposait des pénalités aux brasseurs lorsqu’ils vendaient plus de 37 % de leur production de bière en canettes.

« Nous sommes d’avis que le non-renouvèlement de l’entente a créé un vide règlementaire qui incite les brasseurs à ne produire que des canettes de bière, a expliqué Éric Picotte, le président syndical des travailleurs de Molson affiliés à la Section locale 1999 des Teamsters. Nous avons signifié à la ministre notre souhait de la rencontrer afin de comprendre quelles seront les prochaines initiatives du législateur, mais nous attendons encore une réponse de sa part. »

Puisque 55 % de la production de bière au Québec est vendue en canettes, il devient évident que les brasseurs ne sont pas lésés par les pénalités financières imposées par le gouvernement. De fait, ce virage canette qu’ont pris les grands brasseurs pourrait devenir encore plus marqué avec la construction de la nouvelle usine de Molson sur la Rive-Sud.

« Le temps presse pour le gouvernement afin de faire preuve de leadership dans ce dossier, a ajouté le syndicaliste. La construction de la nouvelle usine de Molson débutera bientôt et il faut que le message du gouvernement Couillard soit clair: au Québec, on favorise l’environnement et les emplois de qualité. »

Une étude de Recyc-Québec indique que près du tiers des canettes se retrouvent dans les sites d’enfouissement. C’est donc dire que ce sont les citoyens qui, via les taxes municipales, paient pour la gestion des déchets des brasseurs. Pourtant, la bouteille brune est récupérée 17 fois et recyclée à 98 %, ce qui en fait le contenant le plus écologique sur le marché.

De plus, le système de consigne des bouteilles brunes décapsulables crée des emplois de qualité au Québec. Bref, en matière environnementale, sociale et économique, la bouteille brune est nettement supérieure aux canettes.

« Madame Melançon doit prendre une décision en fonction des intérêts de l’ensemble des citoyens, termine Éric Picotte. Des gouvernements européens ont démontré ce leadership et l’industrie brassicole dans ces pays se porte très bien. »

Le syndicat des Teamsters représente les intérêts de près de 125 000 travailleuses et trav-ailleurs au Canada, dont près de 40 000 au Québec. La Fraternité internationale des Teamsters compte 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

-30-

Renseignements :
Stéphane Lacroix, directeur des Communications et des Affaires publiques
Portable : 514 609-5101
slacroix@teamsters.ca