Le printemps sera très houleux dans le transport scolaire

Laval, 1er mars 2018 — Les conséquences de la faible hausse de 1,43 % de l’enveloppe monétaire versée aux commissions scolaires par le gouvernement Couillard pour le transport des élèves se font sentir chez les travailleurs et les travailleuses représentés par la Section locale 106 du syndicat des Teamsters.

Cette hausse, inférieure à l’indice des prix à la consommation qui était majoré à 1,8 % l’année dernière, a provoqué une levée de boucliers chez près de 120 travailleurs représentés par les Teamsters. Par conséquent, les salariés de 4 transporteurs scolaires se sont donnés des mandats de grève au cours des dernières semaines.

La colère gronde chez ces travailleurs et travailleuses qui gagnent généralement moins de 25 000 $ par année et des conflits de travail acrimonieux pourraient éclater si le gouvernement Couillard et les transporteurs scolaires ne changent pas leur fusil d’épaule.

Au total, c’est plus de 8000 élèves, dans 6 commissions scolaires de la Montérégie, de Montréal et de l’ouest de l’île qui pourraient être touchés par un débrayage des Teamsters.

Autobus Mistral

Les quelque 20 travailleurs et travailleuses d’Autobus Mistral qui transportent les élèves de la commission scolaire de Laval ont refusé les offres patronales à 100 % et l’entièreté des salariés s’est donné un mandat de grève au cours des dernières semaines.

Les salaires sont au coeur du litige entre les parties. Le dossier ira en conciliation au cours des prochaines semaines. Pour l’instant, aucun moyen de pression n’est prévu.

Sogesco

Les quelques 50 travailleuses et travailleurs de Sogesco oeuvrant chez Autobus Rive-Sud division Longueuil et Autobus Rive-Sud division Sainte-Julie se sont également donnés des mandats de grève. Ces deux transporteurs assurent le service de transport scolaire dans plusieurs municipalités de la Rive-Sud et à Montréal pour les commissions scolaires Marie-Victorin et des Patriotes, de même qu’à la commission scolaire de Montréal. Au total, c’est plus de 2000 élèves qui pourraient subir les conséquences d’un éventuel conflit de travail.

Les salaires sont, une fois de plus, au centre du litige entre les parties. Mentionnons que c’est le gouvernement Couillard qui, en octroyant 1,43 % de hausse de budget aux commissions scolaires, contribue directement à maintenir des conditions de travail médiocres dans cette industrie. Par conséquent, les offres du transporteur scolaire ramèneront les conditions de ses travailleurs et de ses travailleuses en arrière.

Rappelons que Sogesco est ce transporteur qui, en 2016, a mis en lockout les travailleurs d’autobus Yamaska avant même que l’avis de grève ait été émis. C’est donc dire que les relations de travail chez cet employeur sont difficiles depuis des années.

Autobus Lucien Bissonnette

Les quelque 50 conducteurs et conductrices oeuvrant chez Autobus Lucien Bissonnette pourraient aussi déclencher une grève au cours des prochaines semaines. Cette entreprise effectue le transport d’élèves et d’étudiantes pour les commissions scolaires des Trois-Lacs à Vaudreuil-Dorion et Lester B. Pearson à Dorval.

Les offres patronales déposées le 8 février dernier ont été refusées à 98 %. Un vote de grève a ensuite été pris et tous les travailleurs présents à l’assemblée ont voté en faveur d’un débrayage qui sera déclenché au moment jugé opportun.

Une fois de plus, les augmentations salariales sont au coeur du litige entre l’employeur et les Teamsters.

En gros, la direction d’autobus Lucien Bissonnette offre 1 % d’augmentation pour chacune des trois années du contrat de travail, ce qui est nettement insuffisant compte tenu du fait que cette hausse ne couvre même pas l’Indice des prix à la consommation.

« Les offres salariales proposées à tous nos membres ont été très mal accueillies, a expliqué le président de la Section locale 106 des Teamsters, Jean Chartrand. Le gouvernement du Québec devra se pencher sur ce dossier en priorité s’il veut éviter de porter l’odieux du déclenchement de plusieurs grèves qui pourraient paralyser de nombreuses commissions scolaires et perturber les horaires des parents des élèves. »

« Les conditions de travail dans cette industrie sont difficiles: conditions climatiques, état des routes qui laisse à désirer, stress de devoir conduire dans les bouchons de circulation, manque de respect des autres usagers de la route à l’égard des autobus scolaires, comportement des élèves et horaires coupés s’ajoutent à des salaires médiocres. »

Informations détaillées pour les médias, les commissions scolaires et les parents

Autobus Mistral

  • Commissions scolaires: de Laval
  • Villes: Laval
  • Élèves touchés: environ 2000
  • Travailleurs: une vingtaine

Sogesco, Autobus Rive-Sud division Longueuil et Autobus Rive-Sud division Sainte-Julie

  • Commissions scolaires: Marie-Victorin, des Patriotes, Montréal (transport adapté)
  • Écoles: 22 établissements de la Montérégie et 3 établissements de Montréal
  • Villes: Brossard, Saint-Hubert, Longueuil, Greenfield Park, La Prairie, Saint-Lambert, Boucherville, Sainte-Julie, Saint-Amable et Chambly, Varennes, Beloeil, McMasterville, Saint-Hilaire, Mont-Saint-Bruno, Saint-Basile-le-Grand et Montréal
  • Élèves touchés: entre 2000 et 2500
  • Travailleurs: une cinquantaine

Autobus Lucien Bissonnette

  • Commissions scolaires: Trois-Lacs à Vaudreuil-Dorion et Lester B. Pearson à Dorval
  • Villes: Vaudreuil-Dorion, Soulanges, Dorval, Saint-Lazarre, Ste-Anne-de-Bellevue, Hudson, Pincourt, Les Cèdres
  • Élèves touchés: Environ 4000
  • Travailleurs: une cinquantaine

Le syndicat des Teamsters représente les intérêts de près de 40 000 travailleuses et travailleurs au Québec, dont plus de 1000 dans le transport scolaire. Teamsters Québec est affilié à Fraternité internationale des Teamsters, dont l’effectif syndical est de 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

-30-

Renseignements :
Stéphane Lacroix, directeur des Communications et des Affaires publiques
Portable : 514 609-5101
slacroix@teamsters.ca