Les dirigeants des Teamsters aux États-Unis et au Canada louangent leurs négociateurs respectifs de l’ALENA

Le verre est à moitié plein pour le syndicat international

Washington DC, 16 octobre 2017 – Pour la quatrième ronde de renégociations de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), la Fraternité internationale des Teamsters (FIT) a dépêché des membres de ses équipes de politique commerciale américaine et canadienne pour influer sur les négociations visant certains dossiers prioritaires pour les Teamsters, notamment la sécurité routière, la gestion de l’offre dans l’industrie laitière et les droits des travailleurs.

Alors que les discussions prendront fin demain, le président général de la FIT, Jim Hoffa, et le président de Teamsters Canada, François Laporte, ont exprimé leur soutien aux négociateurs américains et canadiens sur ces questions et les autres ayant été soulevées. Plus précisément, les Teamsters saluent la décision du délégué commercial général des États-Unis de régler la disposition de l’ALENA concernant le camionnage transfrontalier.

« Les Teamsters et nos alliés parmi les camionneurs indépendants et les défenseurs de la sécurité routière seront ravis de la position américaine sur les services transfrontaliers, a expliqué M. Hoffa. L’approche du délégué commercial général des États-Unis représente une solution créative à cette controverse de longue date. Sans entrer dans les détails du texte proposé, je suis convaincu que la position des États-Unis permettra au Congrès et au ministère des Transports de protéger les emplois des camionneurs américains et la sécurité personnelle des familles sur les routes dans le cadre de la version 2.0 de l’ALENA. »

« La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et les négociateurs canadiens ont une position progressiste et favorable aux travailleurs dans ces discussions. Nous souhaitons que les autres parties s’engagent envers un chapitre solide et exécutoire sur le travail, fondé sur la proposition initiale du Canada, qui servirait de modèle pour protéger les droits des travailleurs lors de futurs accords commerciaux », a déclaré M. Laporte.

À titre de syndicat des laiteries de l’Amérique du Nord, les Teamsters surveillent également les demandes des États-Unis concernant les laiteries.

« Les États-Unis se sont violemment attaqués au système canadien de gestion de l’offre des laiteries. À moins que le gouvernement Trudeau continue de défendre les travailleurs des laiteries et les agriculteurs, des dizaines de milliers d’emplois sont menacés, a indiqué M. Laporte. Ne soyez pas surpris si les propositions américaines concernant les laiteries font dérailler les discussions de l’ALENA. C’est comme si une force irrépressible rencontrait un objet immuable. »

Enfin, les Teamsters doutent, malgré un certain optimisme, que le mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États soit révisé du tout au tout dans la nouvelle mouture de l’ALENA de façon à protéger nos gouvernements et notre souveraineté contre des poursuites engagées par des sociétés dans des tribunaux secrets.

« Sous la direction de l’ambassadeur, le personnel du délégué commercial général des États-Unis a proposé une révision ambitieuse de la portée et de la compétence substantielles de ces tribunaux d’entreprise controversés, déclare M. Hoffa. La disposition d’inclusion signalée représente une étape importante pour respecter la promesse du délégué de remanier le chapitre sur les investissements. »

Les Teamsters, ainsi que de nombreux autres critiques de la société civile sur le mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États au Canada et aux États-Unis, peineront à appuyer un accord final qui ne restreint pas les cas futurs de ce type de règlement des réclamations d’expropriation directe.

« Nous remarquons et approuvons la consternation des chambres de commerce par rapport à cette réforme importante qui aurait dû avoir lieu il y a longtemps, ajoute M. Hoffa. La communauté des employeurs s’y oppose avec véhémence, ce qui indique combien ils n’ont pas l’habitude de ne pas faire adopter leur programme dans les accords commerciaux. Il était temps que cela soit démontré! »

Les Teamsters représentent les intérêts de 125 000 membres au Canada dans tous les secteurs d’activité. La Fraternité internationale des Teamsters, à laquelle Teamsters Canada est affilié, compte 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

-30-

Contact avec les médias :

Christopher Monette
Directeur, Affaires publiques
Teamsters Canada
Mobile : 514-226-6002
cmonette@teamsters.ca