Fort McMurray, un an plus tard

Cet article est d’abord paru dans le rapport annuel de Teamsters Canada. Nous le reproduisons ici à l’occasion du premier anniversaire des feux de forêt de Fort McMurray. Photo : un chauffeur d’autobus Teamsters de l’entreprise Diversified Transportation qui a conduit les évacués jusqu’en lieu sûr.

 
L’an dernier, des membres Teamsters se trouvaient sur la ligne de front pour apporter de l’aide durant l’un des désastres naturels les plus dévastateurs et les plus coûteux de l’histoire canadienne. Les feux de forêt ont forcé près de 90 000 personnes à quitter le secteur de Fort McMurray et ont détruit des milliers de maisons.

Les désastres ont une étrange façon de faire ressortir le meilleur en chacun. Pour des centaines de membres des Teamsters, cela voulait dire travailler bravement au cœur de la catastrophe, aider de toutes les manières possibles : conduire des autobus menant des évacués en lieu sûr, transporter de l’eau potable jusqu’à des camps de travail débordants de résidents déplacés, conduire des trains remplis de combustible loin des flammes pour éviter un désastre encore plus grand, et bien plus.

« Les gars sont restés sur place seulement pour transporter de l’eau », a expliqué Jordan Dow, délégué en chef au sein de Clean Harbors, une entreprise qui offre un éventail de services dans la région des sables bitumineux.

« Ces camps, tous surpeuplés, comptaient des centaines d’évacués, en plus des travailleurs qui étaient restés pour tenter de maintenir la production » a-t-il poursuivi.

« J’aimerais souligner le travail des membres chez Diversified Transportation, qui sont restés pour transporter des évacués, des travailleurs ainsi que le personnel de la ville et des services d’urgenc e» a ajouté Richard Eichel, le secrétaire-trésorier de la Section locale 362.

Malgré tous les efforts déployés par ces travailleurs, le feu a considérablement réduit la production, qui a chuté d’un million de barils par jour en mai et de 700 000 barils par jour en juin. Les effets de cette situation sur l’économie canadienne se font encore sentir aujourd’hui.

Solidarité d’un océan à l’autre

Pour répondre aux besoins les plus pressants, les sections locales de partout au Canada ont amassé près de 150 000 $ durant la crise pour la Croix-Rouge canadienne. Par après, la Section locale 362, Teamsters Canada, la Conference ferroviaire de Teamsters Canada, ainsi que des membres individuels ont amassé un autre 110 700 $ pour la communauté.

Les Teamsters ont, depuis, acheté un véhicule tout-terrain pour le service des incendies local (c’est ce que les pompiers avaient demandé!) et ont donné le reste de l’argent au service des incendies, la banque alimentaire de Wood Buffalo, ainsi qu’aux écoles de la région.

De concert avec le General Presidents’ Maintenance Committee for Canada, les Teamsters ont aussi participé à la collecte de 300 000 $ pour appuyer les hôpitaux et les cliniques du secteur.

« J’arrive à peine à trouver les mots pour vous dire combien ce généreux cadeau nous a aidés à nous remettre financièrement de ce pénible été et de poursuivre nos activités » a écrit Cindy Amerongen de la Northern Lights Health Foundation.

La destruction qui est venue avec ces feux de forêt avec la récession en Alberta signifie que l’aide des syndicats n’a jamais été aussi importante. Cet incendie a été un des pires désastres naturels de l’histoire du Canada, et, même s’il ne fait plus les manchettes, notre organisation tient toujours à aider.